Ce site utilise des cookies pour mesurer la fréquentation du site.
En poursuivant votre navigation et en faisant défiler la page vous acceptez leur utilisation.

La délégation

Florian Philippot et Mireille d’Ornano constituent la délégation Les Patriotes au sein du groupe Europe de la Liberté et de la Démocratie Directe (ELDD, en anglais EFDD). Fort de 41 membres issus de 7 pays différents, ce groupe fait partie des 8 groupes du Parlement européen. La délégation britannique du Brexit Party au sein de ce groupe est la plus nombreuse, suivie par la délégation italienne du Mouvement 5 Etoiles.
Les membres de ce groupe, aux traditions nationales très différentes les unes des autres, trouvent une forme de consensus dans leur action politique au Parlement européen dans leur refus commun d’un État européen centralisé et donc du processus de fédéralisation en cours. Ils militent également pour une saine coopération entre États européens indépendants.
C’est en octobre 2017 que la délégation Les Patriotes s’est créée au sein de ce groupe, permettant un accroissement significatif de la présence française au sein d’ELDD.
Depuis son intégration au groupe ELDD, la délégation Les Patriotes a pu apprécier le sérieux du travail effectué au sein du groupe, sous la présidence de Nigel Farage, l’artisan du Brexit, fervent défenseur de la liberté des peuples européens, allié précieux des Patriotes dans la vie politique française.
La constitution d’une telle délégation permet de mieux faire entendre au sein du Parlement européen, via le groupe ELDD, les différentes thématiques qui sont au cœur du projet politique des Patriotes. C’est notamment le cas pour l’ensemble des sujets économiques, environnementaux et culturels qui traversent aujourd’hui le débat public en France et en Europe. Quel que soit le sujet débattu au Parlement européen, les Patriotes font entendre la voix des citoyens français, en plaçant la défense de l’intérêt général systématiquement devant celle des intérêts privés, beaucoup trop présents et influents à Bruxelles et Strasbourg.
Ils militent aussi sans relâche pour un recul des prérogatives des organes non-élus et technocratiques de l’Union européenne, défendant leur objectif fondamental d’un Frexit, c’est-à-dire la sortie de la France de l’Union européenne. En effet, comme ils le rappellent dans nombre de leurs interventions, il est essentiel de redonner à la France son indépendance. Car c’est dans le cadre d’une souveraineté nationale reconquise, dans tous les domaines, que la France pourra retrouver le chemin de l’espoir, de la sécurité, et de la croissance. C’est par ailleurs via des coopérations fondées sur des projets concrets et le partage d’intérêts stratégiques, entre nations souveraines et libres, que chaque pays, et l’Europe, pourront retrouver le chemin de la prospérité et de l’amitié sincère entre les peuples.