Ce site utilise des cookies pour mesurer la fréquentation du site.
En poursuivant votre navigation et en faisant défiler la page vous acceptez leur utilisation.

Fonds « Asile, migration et intégration » : oui à l’enregistrement et l’identification des clandestins !

18 mai 2019

J’ai voté contre le rapport relatif à l’objection au Fonds « asile, migration et intégration ». Cette objection concerne une disposition d’un règlement de la Commission portant création du Fonds « Asile, migration et intégration ». Plus spécifiquement, cette objection concerne la création de centres contrôlés, d’infrastructures d’accueil, d’hébergement et de rétention pour les immigrants arrivés sur le territoire européen de manière illégale. Il est clair que la gestion des flux illégaux d’immigration par l’UE a été catastrophique ces dernières années, notamment du fait que beaucoup de ces clandestins n’étaient même pas enregistrés lorsqu’ils pénétraient dans les territoires relevant des différents États de l’Union. La mise en place de ces centres de contrôle ne suffira pas à gérer de manière ordonnée et efficace les différents flux de migrations, mais l’enregistrement et l’identification sont des préalables indispensables à toute politique migratoire sérieuse. Les auteurs de cette objection ne veulent pas qu’un tel financement profite à des pays comme la Hongrie, motivés par des considérations idéologiques, ils refusent à ce pays la légitimité de contrôler ses frontières, alors que c’est son devoir en tant que pays frontalier de l’espace Schengen. Aussi, cette objection n’est pas fondée.